La découverte de la ville de Bouansa et des alentours – Décembre 2010

Publié le par Claire et Loïc

Tout d’abord, nous vous souhaitons à tous une bonne année ! Nous avons fêté la nouvelle année à la congolaise chez un habitant de Bouansa. Les congolais fêtent le nouvel an surtout le 1 janvier avec beaucoup de nourriture, d’alcool, de musique très forte et de danses jusqu’au bout de la nuit.

 

Voici une petite description de notre environnement que nous découvrons petit à petit.

Les paysages sont très colorés. La terre est rouge, la végétation, abondante en pleine saison des pluies, est très verte et le ciel est bleu. La ville de Bouansa se trouve dans une plaine entourée de petites montagnes. Au cours de nos promenades autour du monastère, les paysages ont toujours pour fond des collines et des montagnes. La végétation est composée de palmiers, d’arbres fruitiers et de hautes herbes très vertes qui recouvrent toute la savane.

Sur les pistes nous croisons surtout des femmes. Ce sont elles qui vont cultiver les champs : manioc, arachide, canne à sucre, maïs. Elles portent des charges énormes dans des hottes posées sur leur dos et portées sur leur tête par l’intermédiaire d’une anse qu’elles mettent sur leur front. Elles transportent ainsi les instruments nécessaires pour la culture, leurs récoltes et du bois qu’elles ramènent chez elles pour préparer à manger.

La ville de Bouansa est très étendue. Il semblerait qu’il y ait 20 à 30 000 habitants. Le centre-ville est pourtant petit, centré autour de la gare de chemin de fer. Quelques commerces bordent la seule route goudronnée de la ville. Les terrains des habitants sont délimités en parcelles. La maison, en briques rouges avec un toit en tôle, se trouve au milieu de la parcelle. Le sol de la parcelle est en terre battue souvent désherbé à la houe et le terrain est délimité par une haie ou une clôture. Un foyer est installé devant la porte de la maison, les femmes y préparent la nourriture sur un feu de bois. Un puits est souvent creusé au fond de la parcelle. Les gens vivent la grande majorité du temps à l’extérieur, devant la maison.

Les réactions que suscite notre rencontre sont assez diverses. Globalement, nous sommes toujours très bien accueillis. Les enfants dès qu’ils nous voient ne peuvent s’empêcher de crier « mindele, mindele » (les blancs). Parfois certains hésitent, ne savent pas trop si nous sommes chinois ou blancs. Il est vrai qu’il est beaucoup plus fréquent de rencontrer des chinois que des blancs dans les rues de Bouansa.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hubert DUP 30/01/2011 13:11


depuis la grande ville côtière du ch'nord (wimereux), je découvre ce blog qui apporte chaleur (température du jour 1°C), couleur (que de fleurs!), actions, fraternité, ... Nous avons transmis votre
adresse à une famille sur le départ à la découverte de l'Afrique. il faudra être patient. elle part du nord en février en camping car, feront quelques escales... avant d'arriver peut-être à votre
"port". Bonne année (il est encore temps) 2011.


Charlotte 16/01/2011 00:05


Bonne Année! Bon courage pour la suite de vos aventures!

A très vite!

Charlotte


Fredodo 14/01/2011 00:36


Bonne année à vous, les enfants !
J'espère pouvoir suivre toutes vos aventures par le biais de votre blog.
Bon vent à vous et que cette année soit parfait pour vous et vos projets !
GROS BECOTS !